Valira Torrent - bulletin de l'«Andorran Philatelic Study Circle». No. 54, pp3-7 (octobre 2001)

En anglais

Les officines postales espagnoles et françaises en Andorre, de leur origine à nos jours (Partie 1)

par E. J. Jewell

Preface

Les premiers bureaux françaises et espagnoles Les deux premiers bureaux d'Andorre la Vielle sont bien connus des philatélistes d'après les cartes postales de l'époque et plus récemment par les timbres-poste qui les montrent. (Bureau français Yv. 277 & 388 et Bureau espagnole Yv. 106 & 204). Leurs successeurs, peut-être moins photogéniques, sont connus de la plupart des collectionneurs tant en ce qui concerne leur location que leur périodes d'activité.

Les lieux et les dates d'ouverture et fermeture des agences postales des villages sont moins documentés. Dans cette série d'articles nous tentons de tracer l'histoire de tous les bureaux et agences postales de l'Andorre ainsi que de donner des renseignements sur les lieux qu'ils ont occupés et, si possible, le destin ultérieur de ces lieux. Comme pour la poste pré-philatélique de Tomás Rosell i Moles et de son fils Tomás Rosell i Duran qui ont géré le service postal à côté de leur métier de cordonniers, les agences des villages étaient originalement localisés dans des magasins ou dans des maisons privées et étaient subsidiaires aux occupations principales des agents. Quelques unes des agences se sont perpetuées dans une famille et leur histoire suivent donc celle de la famille. À une époque plus récente, suite à la croissance du trafic postal, quelques unes ont été déplacés dans des lieux consacrés au service postal, dans quelques cas dans des bâtiments municipaux. Ils sont ainsi devenus des offices postaux plutôt que des agences.

Pour les gens étrangers au village, les agences était fréquemment difficiles à trouver et avaient des heures d'ouverture imprévisibles. À l'origine, on pouvait les reconnaître aux écritaux bleus "AGENCE POSTALE" des agences françaises et aux écritaux en émail avec une boîte aux lettres des agences espagnoles. Un exemple de chacune se trouve au dessus de l'escalier du Musée Postal à Ordino. Quelques unes des agences espagnoles plus récentes n'avaient aucune signalisation indiquant leur fonction postale. Quelques uns des écritaux "AGENCE POSTALE" survivent de nos jours mais les deux services montrent maintenant des "logos" plus modernes et sont généralement signalés si elles ne sont pas sur une route principale. Les heures d'ouverture sont maintennent plus prévisibles. Avec de légères variations, toutes sont ouvertes le matin du lundi au samedi, à l'exception de quelques agences espagnoles qui ne s'ouvrent pas le samedi.

Nos premiers renseignements fiables concernant les agences viennent d'un voyage en Andorre par Derek Tanner en septembre 1953. Nous avons aussi des informations fournies par Gilbert Goudard sur la situation qui existait autour de 1990 et des informations publiées par l'association allemande de collectionneurs d'Andorre. À cela on peut ajouter mes observations pendant des voyages en l'Andorre entre 1962 et 1985 mais ma documentation sur ces visites n'est pas complète et il est possible donc que mes souvenirs soient inexacts, en particulier en ce qui concerne les dates des nombreux changements qui ont eu lieu.

Je reconnais volontiers que les informations que je présente ici sont incomplètes et peut être même incorrectes, en particulier à propos des dates. Elles sont publiées dans l'espoir que certains de nos lecteurs pourront fournir des renseignements supplémentaires, des corrections et, si possible, des photos additionnelles. Toute nouvelle information sera publiée au fur et à mesure de leur réception et la version sur le site web de l'APSC sera mise à jour quand nécessaire afin de montrer la situation actuelle.

Andorra la Vella ...

Les premiers bureaux de poste de la période philatélique sont bien connus, situés au coin sud de la Plaça Princep Benlloch, de chaque coté de la rue. Le mot "premier" doit être plus correctement donné a l'atelier de cordonnerie de Tomás Rosell i Moles et son fils Tomás Rosell i Duran qui ont géré le service postal à l'époque pré-philatélique. Nous ne connaissons aucune photo contemporaine du bâtiment mais Jean Bacquer la décrit comme suit (Valira Torrent no. 5, p.7):

La maison
    Rossell i Moles
Fig. 1: La maison Rossell i Moles
(photo: E. Jewell 2001)

"La famille Rosell y Moles habitait Carrer Major, Quartier Puig à Andorre la Vieille, une petite maison à 2 étages, à la façade actuellement peinte en jaune, immédiatement sur le coté gauche de l'Hôtel CALONES. Au rez-de-chaussée, mi semi sous-sol, se trouve une boutique de coiffeur.

À l’entresol, où on accede latéralement par quelques marches d’un escalier exterieure en pierre, sur le coté gauche de l’immeuble, se trouvait les deux salles où s’exercait jadis l’activité postale de Tomás ROSELL y MOLES, surnommé "Tomasset" par les Andorrans qui le connaissaient l’ont connu.

On m'a été dit que l’escalier d’accès se trouvait, en ce temps, sur la partie frontale, mais qu’il avait du être déplacé sur le côté, pour élargir le passage dans la “Carrer Major” en cet endroit fort étroite.

Cet escalier de 3 marches donnait accès à la porte d’entrée de l’officine postale: cette porte comportait une boîte à lettres où était déposé le courrier, tant à destination de l'Espagne que de France lorsque l‘officine était fermée."

Le bâtiment existe toujours et reste connaissable d'après cette description mais la façade n'est plus peinte (Fig. 1). Le bâtiment orange est l'Hostal Calones.

De leur lieux d'origine dans la Plaça Benlloch, les postes françaises et espagnoles ont toutes deux été déplacées deux fois, suite à la croissance du trafic postal.

... Bureau français

Le premier bureau français Situé au croisement de la route principale et du Carrer de la Vall au coin sud de la Plaça Benlloch qui conduit vers la Casa de la Vall, le premier bureau français de la période philatélique s'est ouvert le 16 juin 1931. Il resta à cet endroit jusqu'à (?date) quand il fut installé dans un bâtiment construit spécialement en bord de la ville(!) près du pont sur la rive est de la rivière. C'est difficile de se figurer maintenant que, à l'époque, il n'y avait pratiquement pas d'autres bâtiments sur ce coté de la rivière. Cette situation ne dura pas longtemps avec la croissance rapide d'Andorra la Vella et des Escaldes l'un vers l'autre pendant la première moitié des années soixante. En quelques années la situation de ce bureau de poste devint centrale plutôt que périphérique.

Le bâtiment sur la Plaça Benlloch existe encore (Fig. 2). La façade est modifiée mais est encore reconnaissable. Il a subi récemment (2000) une réfection apparemment pour devenir une banque, mais l'échafaudage a maintenant été enlevé et le bâtiment n'est actuellement (août 2001) pas occupé.


Les bâtiments de la Plaça Benlloch dans leur état actuel Le deuxieme bureau français
Fig. 2: La Plaça Benlloch (Photo: E. J. Jewell 2000) Fig. 3: Le deuxieme bureau français (Photo: C. Romo 1972)
Réfection de l'ancien bureau français. Le bâtiment sur le côté est de la rivière près du pont.

Bâti en granit (Fig. 3), le nouveau bâtiment a subi peu de transformations. Il y avait une construction peu visible à l'arrière pour agrandir le secteur de tri et, dans la salle publique de petite modifications ont été faites pour loger plus de boîtes postales. Le comptoir se trouvait à l'arrière de la salle. À gauche de l'entrée se trouvait deux cabines de téléphone et, à l'arrière du comptoir, un standard primitif qui était, à l'époque, la seule possibilité de communication directe avec la France. On réservait l'appel au guichet et on était dirigé vers l'une ou l'autre cabine. Je me souviens bien de la dame du standard qui, quand une poste distante rappelait pour confirmer que la connexion était établie, répondait "Andorre écoute". Les cabines de téléphone furent retirées en 1967 quand le service moderne de téléphone fut établi. Rien ne reste actuellement du bâtiment. L'endroit qu'il avait occupé est totalement redeveloppé. L'endroit de la poste est devenu un carrefour importante (Fig. 4).

L'endroit ou se trouvait un bureau de poste ..... Le bureau franç actuel
Fig. 4: L'endroit ou se trouvait un bureau de poste ..... (Photo: E. Jewell) Fig. 5: Le bureau français actuel (Photo: E. Jewell)
Le lieu du deuxième bureau français, actuellement redeveloppé. Le nouveau bâtiment dans la Carrer Bonaventura Armengol.

Le bureau fut une nouvelle fois déplacé le 10.7.1990 à son lieu actuel au carrefour de la Carrer Bonaventura Armengol et la Carrer Pere d'Urg (fig. 5), environ cent mètres au sud de son lieu précédent sur un des routes principales qui croisent l'ancien site. Le nouveau bureau peut fournir 4 guichets, en comparaison aux 3 de l'ancien bureau. C'est cependant rare qu'on trouve les 4 ouverts simultanément. Les heures d'ouverture sont du lundi au vendredi: de 8h30 à 14h30; Samedi: de 9h00 à 12h.

Le premier bureau représenté sur le timbre 2f30 Europa de
    1990 Les timbres Europa de 1990 représentent (pas convaincant!) le bureau de 1931 et l'intérieur du bureau actuel. Intérieur du bureau actuel représenté sur le timbre Europa
    de 1990

... Bureau espagnol

Le premier bureau espagnol

Le côté gauche de la Plaça Benlloch est connue des amateurs de l'Andorre par deux choses - le magasin de cartes postales de Valenti Claverol et le premier bureau de poste espagnol. Je crois que le magasin de cartes postales était son premier établissement. Vers les années soixante un magasin plus grand fut ouvert dans l'Avinguda Meritxell. Le bâtiment du bureau de poste reste toujours mais a subi des modifications importantes. (Fig. 6)


La Plaça Benlloch dans son état actuel (2000) L'entrée de la galérie
Fig. 6: Le bâtiment du bureau espagnole dans son état actuel. (photo: E Jewell) Fig. 7: L'entrée de l'arcade (Photo: C. Romo 1972)
A noter les modifications considérables à la partie gauche du bâtiment.  

De sa localisation à la Plaça Benlloch le bureau fut déplacé en (?date) vers une arcade dans l'Avinguda Meritxell sur l'un des cotés de laquelle se trouvait le foyer d'entrée de l'Hôtel Montserrat. Le bureau de poste était au coin à l'arrière gauche de l'arcade (Fig. 7, 8). Plus tard, le service postale acquit un espace à la droite de l'arcade. Ceci fut utilisé pour le tri et n'était pas normalement ouvert au public. Néanmoins, lor du premier jour d'une émission de timbres, un petit comptoir etait installé ici pour servir la file d'attente des philatélistes.

Le deuxième bureau espagnole L'hotel Sàvia d'Or, site du deuxième bureau espagnole
Fig. 8: L'interieur de l'arcade (Photo: C. Romo 1972) Fig. 9: Hotel Sàlvia d'Or (Photo: E. Jewell).
L'entrée du deuxième bureau espagnol. ... ou était localisé le deuxième bureau espagnol.

Après le déplacement du bureau de poste, l'arcade fut incorporée dans l'Hotel Montserrat et devint une partie d'un foyer agrandi de l'hôtel. Plus récemment le nom de l'hôtel est devenu Sàlvia d'Or (Fig 9).

De l'arcade dans l'Avinguda Meritxell, le bureau espagnol fut déplacée (environ 1985?) vers sa localisation actuelle au coin du Carrer Joan Maragall et du Carrer de l'Aigüeta (Fig. 10). Le comptoir comporte quatre guichets. À l'origine ces guichets étaient destinés à différentes sorts de transactions mais maintenant toutes les transactions sont possibles à chaque guichet. Un escalier dessert un étage mezzanine. À l'origine on montait là pour retirer les lettres poste restante mais de nos jours c'est possible de faire ceci au comptoir comme pour les autres transactions (voir annexe).

Le bureau espgnol d'origine Les timbres Europa de 1990 représentent le bureau d’origine et le bureau actuel. Le bureau espgnol actuel
Le bureau espagnol actuel Bureau espagnol - espace de côté du bureau
Fig. 10: Le bureau espagnol actuel (photo: E. Jewell) Fig.11: Entrée de côté dans la Carrer de l'Aigüeta (photo: E. Jewell)

C'est rare que les quatre guichets soient tous deservis. Les guichets 1 et 2 (de gauche à droite) sont les plus fréquemment utilisés. Chaque guichet a sa propre machine pour émettre les étiquettes d'affranchissement. On peut donc penser que les étiquettes des machines aux guichets 3 et (en particulier) 4 sont moins fréquemment utilisés donc ils méritent peut-être une petite plus-value. Deux cachets "Correos y telegrafos", utilisés sur les plis recommandés, sont répartis entre les quatre guichets. Celui utilisé aux guichets 3 et 4 a la tendance de faire une frappe plus lisible bien que la lisibilité n'est presque jamais parfaite. Ces cachets sont d'un type "auto-encrant" semblable à ceux dit "cercle ondulant" qui sont utilises au guichet dans les petits bureaux en Grande Bretagne.

Le service postale a acquit un espace aditionnel dans le bâtiment voisin de la Carrer de l'Aigüeta (fig. 11). Bien qu'il ait une façade "magasin" avec les heures de service affichées, il ne semble pas offrir des guichets supplémentaires pour des transactions générales. Son utilisation n'est pas connue (voir annexe). Les heures d'ouverture du bureau sont de lundi à vendredi: de 8h30 à 14h; de 9h à 12h le samedi.

À suivre. La partie prochaine concerne les agences de St Julià et Santa Coloma

Annexe

Le retrait des lettres poste restante n'est pas possible au comptoir principal comme je le croyais. Il est effectué dans le bureau adjoint dans le Carrer de l'Aigüeta ou le retrait des colis et paquets ainsi que leur quitance en douane sont également effetués. Ce comptoir dispose d'un cachet "Correos y Telegrafos" semblable au ceux du comptoir principal.

Articles index | Page d'entrée

Andorran Philatelic Study Circle / Bibliothéquaire: E. J. Jewell / apsc@free.fr /
Mis à jour le 2 novembre 2001